Skip to: [content] [navigation]

Chris Hinton

L’œuvre en bref

Chris Hinton

La musique nourrit la vie
Par Marc Glassman

Chris Hinton est une figure importante du cinéma d’animation contemporain au Canada. Couvert de prix et deux fois sélectionné aux Oscars, c’est un maître de la technique, un professeur d’animation charismatique, enseignant à l’Université Concordia à Montréal, et un cinéaste qui réalise avec une égale aisance des films indépendants, des films publicitaires et des films dans le cadre de l’Office national du film. Excellent dessinateur et connaisseur des beaux-arts, il manie avec adresse la plume et l’encre ainsi que le dessin animé sur celluloïd et à l’ordinateur. Employant, de plus en plus, un mélange de techniques, il reconfigure numériquement ses « gribouillages » à l’encre pour les faire vivre à l’écran.

<strong><em>Flux</em></strong> (2002). © ONF<strong><em>cNote</em></strong> (2004). © ONF
Flux (2002). © ONFcNote (2004). © ONF

cNote est une œuvre exceptionnelle, un chef-d’œuvre étonnant qui éclaire d’un jour nouveau le travail antérieur de cet artiste reconnu. Depuis plus de vingt-cinq ans, Chris Hinton réalise de beaux films, mais dans aucune de ses œuvres précédentes la magie de l’improvisation n’opère comme elle le fait dans cNote, issu de sa collaboration avec le compositeur Michael Oesterle. Abandonnant, grâce à l’ordinateur, les anciennes et plus laborieuses techniques d’animation, Hinton a pu enfin convoquer, dans ce film, ses deux amours – la musique et les arts plastiques – pour créer un brillant film abstrait. Tout en évoquant McLaren et Fischinger, cNote fraye la voie à de nouvelles générations de cinéastes d’animation.

<strong><em>X-man</em></strong> (2002). © ONF<strong><em>Mouches noires</em></strong> (1991). © ONF
X-man (2002). © ONFMouches noires (1991). © ONF

Dans cNote, Hinton, inspiré par le futurisme et l’expressionnisme abstrait, donne libre cours à son imagination. Oesterle, un compositeur de « nouvelle musique » lauréat de plusieurs prix, a créé une œuvre non mélodique, abstraite et exigeante. La répartie de Hinton est enjouée et fortement imagée. Dans une séquence, l’extrême droite et l’extrême gauche de « la toile » sont peintes essentiellement en rouge. Un point noir, qui ressemble à un œil, est placé en haut et une ligne courbe noire, qui ressemble à un sourire, est placée en bas. Si cette séquence est celle du sourire, c’est, peut-être parce que l’artiste est amusé par ses créations. Dans une autre séquence, une grande surface noire est divisée en deux par une forme bleue qui ressemble à un poisson. Tentant un style et une saveur équivalents à ceux de la composition d’Oesterle, la réplique de Hinton prend la forme d’une profusion d’arcs-en-ciel, de pieds, de balles, de couleurs intenses et de configurations étranges.

Mandoliniste de formation, Hinton, s’intéresse, depuis toujours, à la conjugaison de la musique de l’animation. Son premier film, Canada vignettes : Lady Frances Simpson, met en scène cette pionnière qui voyage, avec son piano, vers les terres inhospitalières du Manitoba colonial. Dans X -Man, un film très court réalisé deux ans avant cNote, il se collète déjà avec la conjugaison de l’image en mouvement et de la musique moderne, alors que dans Blackfly, un de ses deux films sélectionnés aux Oscars, il nous fait faire un tour vertigineux du nord de l’Ontario tandis que le chanteur folk Wade Hemsworth nous fait le récit des péripéties de son combat contre la fameuse « bestiole » de ces contrées.

Une autre caractéristique de l’œuvre de Hinton, c’est l’humour excentrique qui s’exprime dans ses comédies familiales : Nibbles (l’autre film sélectionné aux Oscars), le fortement satirique Watching TV et l’hilarant bien que poétique Flux. Des trois films, Flux est le plus philosophique. Dans ce dernier, Hinton met en scène la vie d’une famille en accéléré. Les pleurs d’une fillette qui tombe d’une balançoire deviennent les cris de joies de son sixième anniversaire; le temps d’une respiration, elle devient adulte et quitte la maison familiale. La vie et la mort, le continuum de notre vie sur terre est résumé en un court film.

Par comparaison, Watching TV, est le film le plus didactique de Hinton. Dans ce film, il s’attaque aux médias pour dénoncer la violence montrée à la télévision. À cette fin, il réalise un dessin animé dans lequel il y a plus de morts par minute qu’il n’y en a dans le plus cruel des animes. Bien que ce film réjouisse sans doute les enseignants de compétences médiatiques, la critique à l’encontre de la culture de masse formulée par cNote est plus intéressante et plus édifiante. Si cette sorte de musique nourrit la vie, alors le poète avait raison : n’arrêtez pas de jouer, Monsieur Hinton!

Voir la biographie >