Skip to: [content] [navigation]

Un peu d’histoire

Une production variée

<strong><em>L'anniversaire de Bob</em></strong> (1990) - David Fine et Alison Snowden. © ONF

L'anniversaire de Bob (1990) - David Fine et Alison Snowden. © ONF

<strong><em>L'homme sans ombre</em></strong> (2004) - Georges Schwizgebel. © ONF

L'homme sans ombre (2004) - Georges Schwizgebel. © ONF

<strong><em>Conte de quartier</em></strong> (2006) - Florence Miailhe. © ONF

Conte de quartier (2006) - Florence Miailhe. © ONF

En analysant la production de l’ONF, on se rend compte qu’une multitude de sujets graves y sont abordés : alcoolisme (Les naufragés du quartier, Bernard Longpré, 1980), toxicomanie (L’ours renifleur, Co Hoedeman, 1992), inceste (Le chapeau, Michèle Cournoyer, 1999), guerre (Neighbours, Norman McLaren, 1952; Histoires de perles, Ishu Patel, 1977; Souvenirs de guerre, Pierre Hébert, 1982), etc. À divers moments de son histoire, l’ONF a produit des séries de films abordant des thématiques sociales. Citons à titre d’exemples Droits au cœur, Showpeace et Talespinners.

On ne compte plus les cinéastes de partout dans le monde qui, au fil du temps, ont collaboré avec l’ONF. Ainsi, aux Alexeïeff, Foldès et Grgic déjà nommés, ajoutons la pionnière allemande Lotte Reiniger (Aucassin et Nicolette (1976) et le Tchèque Bretislav Pojar (Balablok, 1972). Parmi les autres cinéastes étrangers ayant collaboré avec l’ONF, citons les Britanniques David Fine et Alison Snowden (L’anniversaire de Bob, 1990), le Norvégien Pjotr Sapegin (Aria, 2001), le Suisse Georges Schwizgebel (L’homme sans ombre, 2004) et la Française Florence Miailhe (Conte de quartier, 2006).